Le SyNOFDES

 

La Fédération Nationale des UROF est membre fondateur du SyNOFDES

Synofdes

 

Qui sommes-nous ?

Le SyNOFDES est un syndicat professionnel ayant pour objet de regrouper, en leur qualité d’employeurs, les organismes de formation professionnelle et de promotion sociale à but non lucratif et qui se revendiquent de l’économie sociale et de ses valeurs.

Pourquoi la création du SyNOFDES ?  

Parce que les employeurs de l’économie sociale ne peuvent pas, statutairement et juridiquement, être représentés par le MEDEF et que la FFP (Fédération de la Formation Professionnelle) syndicat employeur de notre secteur, ne peut pas, du fait de son appartenance, représenter les employeurs de l’économie sociale.

Parce que, dans le secteur de la formation professionnelle, on rencontre un nombre important d’opérateurs de statut associatif ou coopératif intervenant notamment dans le champ des politiques publiques et que, de plus en plus, l’intervention sur fonds publics se caractérise par une culture, des pratiques professionnelles, une évolution des métiers qui se distinguent par rapport à l’activité des organismes intervenant sur fonds privés.

Parce que, sur un plan global, les employeurs de l’économie sociale qui représentent plus de 800 000 entreprises et près de 12% de la population active ne sont aujourd’hui pas reconnus formellement, ni consultés sur les grandes réformes qui concernent leurs secteurs d’activités. Ainsi, par exemple, aucune représentation de l’économie sociale n’a été sollicitée dans les concertations qui ont abouti, en décembre 2003, à l’ANI, Accord National Interprofessionnel et, en mai 2004, à la Loi sur la Formation Professionnelle.

Parce que, au titre des valeurs qui fondent leur action, les adhérents du SyNOFDES sont en opposition avec la tendance de plus en plus affirmée de la « marchandisation » de leur secteur d’activités et avec l’inscription de la commande publique dans la logique pure et simple du marché. Par exemple, les appels d’offres de l’UNEDIC sur l’accompagnement des chômeurs qui ont fait en sorte d’écarter les structures de l’économie sociale de ce marché, ont bien démontré la nécessité d’être organisés collectivement pour réagir et faire valoir les droits et la légitimité des organismes de ce secteur.

Parce que les réflexions en cours sur l’évolution de la commande publique de formation au niveau des régions, avec l’hypothèse de mise en place de services publics régionaux de formation, imposent une grande vigilance pour faire reconnaître la place et le rôle que tiennent les organismes de l’économie sociale entre l’Etat, les collectivités publiques, les organismes parapublics et les opérateurs à but lucratif.

Parce que la négociation sociale dans le secteur d’activités des adhérents du SyNOFDES ne peut concerner uniquement les partenaires sociaux. Les commanditaires publics (Etat, Région, Département) sont directement impliqués dans la mesure où ils fixent les conditions économiques de notre secteur. L’objectif n’est pas de changer les règles du dialogue social mais de faire en sorte que ces trois éléments constitutifs (employeurs, partenaires sociaux, financeurs publics) puissent ponctuellement se rencontrer. La commande publique ne peut pas échapper au respect des conditions financières minimales définies par le Ministère du Travail dans la circulaire du 4 mai 2004.

Voilà, parmi d’autres, les principales raisons et analyses partagées qui ont conduit à la création du SyNOFDES comme organisation supplémentaire et complémentaire aux côtés d’autres réseaux déjà constitués.

Pour amplifier son action, le SyNOFDES adhère à l’USGERES (Union des Syndicats et Groupements d’Employeurs Représentatifs dans l’Economie Sociale) qui regroupe déjà douze branches professionnelles et 25 syndicats d’employeurs, et qui agit pour la reconnaissance d’un mouvement d’employeurs propre à l’Economie Sociale.